Vous cherchez une auto familiale, une idée de décoration, de rénovation. un voyage vacance, un bijou, une banque, un produit naturel écologique, une vitamine santé, un restaurant, un vétérinaire.

Autres textes

 

Chronique cinéma
Novembre 2016

 par Lucie Poirier, journaliste-analyste

Films en préparation, sorties en salle et Festivals de films prouvent la vitalité du cinéma avec des créateurs du Québec : Martin Villeneuve, Denys Desjardins, Raymond Saint-Jean, et Cinémania, RIDM.

EN PRÉPARATION

01_EN_PREPARATION_Martin_Villeneuve_Red_Ketchup
RED KETCHUP DE MARTIN VILLENEUVE

En octobre 2015, dans l'analyse du film Paul à Québec, je mentionnais que le personnage de Paul avait imprimé les planches de la bande dessinée québécoise Red Ketchup. Ce personnage, ainsi que celui de Tintin, est né lors de parutions dans une publication; en 1929,  dans le journal Le Petit Vingtième pour Tintin, en 1982, dans la revue Croc pour Red Ketchup.  Puis, ainsi qu'avec Tintin, les aventures de Red Ketchup ont constitué le sujet d'albums de bandes dessinées. Sous l'égide de l'éditeur Frédéric Gauthier, le 8e tome, Red Ketchup en enfer, était publié en août dernier aux éditions La Pastèque.

Enfin, ce personnage d'agent imprévisible, travaillant pour le FBI et jonglant avec un problème de toxicomanie, est adapté pour le cinéma. Actuellement en cours d'écriture, le scénario est l'élaboration des auteurs de la b.d. Pierre Fournier et Réal Godbout et du cinéaste Martin Villeneuve. Une telle collaboration s'est déjà concrétisée pour le réalisateur qui avait travaillé avec le bédéiste belge François Schuiten.

Plus d'une fois dans ma chronique, j'ai consacré des sections à ce créateur d'exception. En décembre 2012, j'ai analysé Mars et Avril, imbriquant science-fiction et histoire d'amour. Martin Villeneuve sait consacrer ses énergies jusqu'à s'essouffler, reprendre son souffle et continuer, sans trahir ses convictions dans lesquelles s'entremêlent idéaux et techniques, affection et réflexion, imagination et accomplissement.

Puis, à l'été 2015, je relatais qu'il a été le premier québécois à prononcer une conférence, un TED Talk,  à Long Beach, en Californie. Il a ensuite écrit, interprété, produit et réalisé le court métrage Imelda; il incarne lui-même sa grand-mère paternelle en portant les vêtements de l'aïeule. Pour ce rôle il a été désigné Meilleur acteur masculin par l'Union des Artistes. Depuis, les producteurs Nicole Robert et Pascal Bascaron ont entrepris que ce court devienne un long métrage. Les mêmes producteurs se sont impliqués aussi dans l'adaptation de Red Ketchup dont Martin Villeneuve assurera, là encore, la réalisation.

En plus d'être dans le jury de NUDE 2017, un concours international de photos, et, outre Red Ketchup et Imelda, Martin Villeneuve assume plusieurs projets cinématographiques: Aquarica, un film d'animation dans lequel une fillette tente de sauver le monde en danger à cause des changements climatiques, projet pour lequel il retrouve Schuiten et collabore avec Benoît Sokal. Aussi, il continue à créer From Beyond , d'après H.P. Lovecraft, et The Other World, un film de science-fiction pour Pressman Film à Los Angeles.

Dans le scénario du film, les aventures de Red Kepchup seront originales. Sur la photo de Frédéric Gauthier, on aperçoit les trois scénaristes imitant le geste du costaud Red Ketchup. D'après Martin Villeneuve, le résultat sera un film avec un « Heureux mélange des genres, action, comédie noire, aventure, fantastique, extravagances visuelles et personnages colorés seront au rendez-vous ».

LA ZONE DE SYNED SINDRAJED

Plusieurs fois, j'ai relaté les accomplissements de Denys Desjardins. À l'été 2011, j'ai analysé son documentaire La vie privée du cinéma, et, à l'été 2015, j'ai précisé qu'il a produit le film La guerre de bleuets d'Anick Salas grâce à une campagne de sociofinancement; pour cette action, il a reçu le Gold Remi Award lors du 48e WorldFest Houston International Film Festival au Texas.

Denys Desjardins a écrit une partie des textes et réalisé le film La zone, actuellement en cours de montage. Le film est consacré au cinéaste français Chris Marker qui a conféré à ses inquiétudes sur le sort du monde et à ses souvenirs déterminants, une facture hautement poétique tant par le rythme, que les évocations narratives et le travail des images.

Marker est décédé en 2012,  le jour de son anniversaire de naissance le 29 juillet; il était né en 1921.  Les derniers chiffres de son année de naissance et ceux de son année de décès s'inversent, 21 et 12. . Il a joué avec le vrai et le faux, l'original et la représentation Il a utilisé plusieurs pseudonymes, cumulé des accomplissements dans plusieurs formes d'art : livres, expositions, films. Et il a inventé des titres de films ne correspondant à aucune œuvre ainsi que des lieux pour sa naissance ou des parcours de sa vie. En 2006, contribuant à sa réputation ambigüe, la déclaration « Chris Marker, c'est un peu le plus célèbre des cinéastes inconnus» viendrait d'un énigmatique Dubois ou de Marker lui-même. Évidement, le plus important reste ses films dont : La jetée (1962, 28 minutes), qui a été repris par Terry Gilliam (n'ayant jamais vu le film original avant de tourner le remake) en 1995 sous le titre L'armée des douze singes avec Brad Pitt et Sans soleil (1982, 110 minutes), où on entend Arielle Dombasle chanter.

Le vrai nom de Chris Marker était Christian Bouche-Villeneuve. En accord avec les procédés de Marker, qui avait inventé deux frères, Sandor et Michel Krasna, collaborant au film Sans soleil, que Marker a tourné seul, Denys Desjardins s'est identifié Syned Sindrajed en tant que scénariste et réalisateur du film La Zone.

Puisque Marker aimait les citations, voici l'exergue du film La Zone, une citation de Marker : « Ceci est l'histoire d'un homme marqué par une image d'enfance. La scène qui le troubla par sa violence et dont il ne devait comprendre que beaucoup plus tard la signification eut lieu sur la grande jetée d'Orly quelques années avant le début de la troisième guerre mondiale. »

LOUISE LECAVALIER DE RAYMOND ST-JEAN

03_EN_PREPARATION_LOUISE_LE_CAVALIERLe cinéaste Raymond St-Jean vient de terminer le tournage du long métrage documentaire consacré à la danseuse Louise Lecavalier. Elle a été filmée à Montréal alors qu'elle dansait So blue, et à Paris, au Centquatre, alors qu'elle performait dans sa nouvelle création Mille Batailles. Des entrevues avec des amis et des collègues seront intercalées dans les captations des spectacles.

Fulgurante comète blonde incarnant la douleur d'une écorchée vive avec une intensité orgasmique, Louise Lecavalier évolue depuis 35 ans sur les scènes de la danse contemporaine. Elle a été une des premières danseuses à effectuer des portés en soulevant un partenaire; l'habitude avait établi qu'un danseur levait une danseuse. Avec sa solide musculature, elle pouvait se permettre cette innovation. Il fallait la voir aussi exécuter des arabesques sans porter des pointes.

À 57 ans, Louise Lecavalier poursuit sa carrière de chorégraphe et danseuse dans une ascendante renommée. Alors que tant de gens sont victimes de la discrimination basée sur l'âgisme, l'effervescence de ses accomplissements permet d'entretenir l'espoir que la vie ne s'arrête pas après 35 ans d'âge ou de carrière, ni pour une danseuse, ni pour les autres.

Identifiée comme une artiste hors-norme, la créatrice avait fait une brève apparition dans le film de Katheryn Bigelow, Strange Days en 1985. Aussi, elle avait dansé avec David Bowie et elle avait contribué à deux productions de Michel Ouellette : Le petit musée de Vélasquez en 1994 et Lalala human sex duo no1 en 1987. De plus, elle est la maman de jumelles maintenant adolescentes. Elle a vraiment exploré différentes formes de créativité.

Lors du tournage, le photographe Louis-Philippe Blain a capté la chorégraphe avec le danseur Frédéric Tavernini. Le réalisateur Raymond St-Jean a déjà tourné les documentaires : Guy Mauffette : l'oiseau de nuit et Le Mozart noir. Vous devriez pouvoir voir le documentaire Louise Lecavalier de Raymond St-Jean en 2017.

EN FESTIVALS

CINÉMANIA

La 22e édition de Cinémania, Festival de Films Francophones, se déroule du 3 au 13 novembre à Montréal. Nicole Garcia, l'invité d'honneur cette année, présentera son 8e film, Mal de pierres avec Marion Cotillard. Ce film est projeté en ouverture du Festival.

Nicole Garcia sera accompagné de Jacques Fieschi, avec lequel elle scénarise ses films. Les deux scénaristes se sont basés sur le roman de Milena Agus, publié en 2006 et traduit en 5 langues.

L'histoire du film nous ramène en 1950 alors que Gabrielle est  mariée contre son gré. Elle rencontre et désire un vétéran de la guerre d'Indochine  alors qu'elle est en cure à cause de ses calculs rénaux, le mal de pierres. (La phtisie de la Dame aux Camélias, cette maladie du souffle de vie, avait une connotation plus romantique.) En anglais, le film s'intitule From the land of the moon.

RIDM LES RENCOTRES INTERNATIONALES DU DOCUMENTAIRE DE MONTRÉAL

05_RIDM_Bruno_Dequen«  Entre l'insignifiance et la Trump manière, nous avons besoin de célébrer cet art protéiforme qu'est le cinéma documentaire » affirme le directeur de la programmation des RIDM 2016, Bruno Dequen avec lequel j'ai été photographiée.

« C'est un festival à échelle humaine » renchérit Mara Gourd-Mercado, directrice générale avec laquelle j'ai aussi été photographiée.

La 19e édition des RIDM se déroule entre le 10 et le 20 novembre pour déployer ses 128 films en provenance de 35 pays. Pendant les RIDM, seront projetés 13 premières mondiales, 18 premières nord-américaines, 24 premières canadiennes et 31 premières québécoises à travers les attributions de 11 Prix dans 4 sections compétitives.

06_RIDM_Mara_Gourd-MercadoLa Compétition internationale longs métrages, avec des réflexions socio-politiques, présente dans Another Year, une famille ouvrière chinoise, dans Manuel de libération, deux jeunes femmes russes dans un hôpital psychiatrique, dans Tempestad, le trafic humain au Mexique, avec Mixed Feelings, le conflit israélo-palestiniens, dans The Great Wall et Havarie, la tragédie de la migration, dans Calabria, un road-movie, dans Il Solengoune, enquête dans l'Italie rurale, dans Kate Plays Christine, le travail de l'acteur, dans Brothers of the Night, les nuit interlopes de Vienne, dans The Human Surge, une déambulation sur trois continents.

À cette compétition s'ajoute la Compétition nationale longs métrages, avec Angry Inuk qui réclame pour l'économie inuit la possibilité de recommencer la chasse aux blanchons; les québécois veulent l'euthanasie des vieux, les Inuit (pas de s au pluriel) veulent chasser les bébés. Pour passer le message, apparait dans le film la caricature de Brigitte Bardot et de Pamela Anderson déshabillées pour leur combat contre les tueries animales. Il s'agit d'un discours mesquin et réducteur. Producteur du film, l'ONF (à même les fonds publics) n'a pas eu de scrupules à en passer par l'humiliation des femmes, d'autant qu'elles sont belles et déterminées. Savez-vous que lors d'une séance de dédicace, Pamela Anderson demandait aux gens de signer sa pétition à la reine d'Angleterre contre l'utilisation des peaux de castors pour les chapeaux de la garde nationale lorsqu'elle-même donnait un autographe? Qui a ridiculisé Paul McCartney parce qu'il a exigé en 2005, alors qu'il jouait pendant la mi-temps du Super Bowl et qu'il faisait une photo officielle, que le ballon qu'il devait frapper ne soit pas en cuir? La misogynie est une tradition qui ne s'estompe pas, elle. Aux RIDM, on peut aussi voir  la Compétition internationale courts et moyens métrages et la Compétition nationale courts et moyens métrages.

Dans la programmation Panorama, à remarquer Cinema Novo, un hommage au cinéma brésilien des années 1950-60 et Le goût d'un pays, une mise en évidence de l'identité québécoise sous l'angle de la culture de l'érable.

Dans la programmation, Portraits, on s'intéresse à Brothers : une mère Norvégienne, Aslaug Holm, filme ses deux fils pendant 8 ans.

Dans États du monde, nous découvrirons Jean Ziegler, l'optimisme de la volonté, Hissein Habré, une tragédie tchadienne, Wake, l'histoire récente des Philippines et Starless Dreams avec de jeunes adolescentes dans une centre iranien de rééducation.

Les sections Hors Limites, Beat Dox et UXdoc, réunissent des documentaires particulièrement originaux et des expériences interactives.

Unique marché bilingue du documentaire en Amérique du Nord, Doc Circuit Montréal, le marché du documentaire favorise les rencontres d'affaires et des ateliers de perfectionnement professionnel.

L'événement des RIDM s'accorde avec la citation du romancier Michel Quint dans Effroyables Jardins, adapté au cinéma par Jean Becker  : « Sans vérité, comment peut -il y avoir de l'espoir? »

EN SALLES

THE EAGLE HUNTRESS D'OTTO BELL

07_The_eagle_huntressOtto Bell a fait preuve d'originalité en se basant sur la photo d'Aisholpan pour élaborer son premier documentaire The Eagle Huntress. Il s'est intéressé à une toute jeune fille dont les ambitions sont hors-normes. Aisholpan, cette adolescente de 13 ans, dans une famille Kazakhe, vit en Mongolie. En douze générations, jamais une femme n'a pratiqué la chasse avec un aigle puisqu'il s'agit d'une tradition enseignée au fils par le père.

Aisholpan escalade une falaise pour capturer un aiglon et le préparer à la chasse. Elle défie les traditions et persiste malgré les désapprobations. Elle veut même participer à une compétition réunissant 70 chasseurs. Il lui faut participer à une chasse quand la température baisse jusqu'à  -40C.

La noble intention d'Otto Bell et l'admirable projet d'Aisholpan sont appuyés par des prises de vues aériennes, des images de la steppe mongole et des monts de l'Altaï.

La valeur n'attend pas le nombre des années : Aisholpan est déjà une héroïne exemplaire, un modèle d'audace et de ténacité  pour les filles, les garçons et toute autre personne voulant concrétiser un projet inusité et Otto Bell a remporté le prix pour le meilleur documentaire au festival de Hamptons et a reçu trois nominations au Critics' Choice Documentary Awards, dont une pour le Meilleur premier documentaire.

08_Gimme-DangerGimme danger de Jim Jarmusch

Avec Iggy Pop, Ron et Scott Asheton ont été filmés par Jim Jarmusch pour le documentaire Gimme Danger. À la fin des années 1960, le groupe Stooges commençait à influencer le paysage musical en présentant un spectacle à Ann Arbor au Michigan, USA.

L'influence du groupe de rock'n'roll s'est développée jusqu'à se transformer en punk et en rock alternatif. Jim Jarmusch a voulu retracer le parcours du groupe de ses débuts à ses rayonnements dans la culture et la contre-culture.

EN LIGNE

CRUSHED

09_Crushed

D'Australie, le premier film réalisé par Megan Riakos, Crushed, peut maintenant être visionné en ligne. L'actrice Sarah Bishop l'a produit et elle y incarne le premier rôle avec le personnage d'Ellia Rose.

Après la mort de son père lors d'un accident survenu dans le vignoble familial, la jeune femme revient auprès des siens. Quand le décès est considéré comme un meurtre et que la mère est soupçonnée, Ellia entreprend de découvrir la vérité.

Un envoûtant thriller tourné dans la superbe région vinicole de Mudgee.

DÉCALADE

10_Decalade_S_BilodeauLe 14 octobre 2016, des gens de tous âges ont sauté en décalade du haut de la Tour de l'Horloge dans le Vieux-Port de Montréal (Québec, Canada) après avoir été commandités pour Amnistie Internationale. Le 12 novembre d'autres personnes vont décalader pour rendre hommage aux défenseurs des droits humains.

Savez-vous que partout dans le monde (donc chez-vous et chez-nous) les prisonniers politiques, des gens emprisonnés à cause de leurs écrits, de leurs déclarations, de leurs idéaux, à caractère égalitaire et humaniste, subissent les pires traitements? Amnistie Internationale n'accepte aucune subvention gouvernementale.

Un court métrage a été tourné le 12 octobre et est maintenant en ligne. Il a été filmé et monté par Julien Bétant sur une musique de Gramatik, Victory.  On y voit Suzanne Bilodeau, militante,  qui déclare : « Je vais faire face à mes peurs. C'est une peur que je choisis. J'ai une bien plus grande peur quand je pense à la dégradation des droits humains, au manque de respect pour les droits humains que je vois partout sur la planète. Je voudrais que tous les gens qui sont emprisonnés quelque part, qui sont privés des droits et libertés fondamentales, qu'ils puissent sentir une communauté forte derrière eux. Ça sert un objectif plus grand que soi-même ».

 

 

 

FILMS RÉFÉRÉS DANS LA CHRONIQUE :

  • Paul à Québec François Bouvier 2015
  • Mars et Avril Martin Villeneuve 2012
  • Imelda Martin Villeneuve 2015
  • La vie privée du cinéma Denys Desjardins 2011
  • La guerre des bleuets Anick Salas 2015
  • La jetée Chris Marker 1962
  • L'armée des douze singes Terry Gilliam 1995
  • Sans soleil Chris Marker 1982
  • Mal de pierres Nicole Garcia 2016
  • The Eagle Huntress Otto Bell 2016
  • Gimme danger Jim Jarmusch 2016
  • Crushed Megan Riakos 2015
  • Décalade Julien Bétant 2016