Vous cherchez une auto familiale, une idée de décoration, de rénovation. un voyage vacance, un bijou, une banque, un produit naturel écologique, une vitamine santé, un restaurant, un vétérinaire.

Autres textes

Chronique cinéma


Novembre 2017

 par Lucie Poirier, journaliste-analyste

À Montréal, c'est le mois de Cinémania et des RIDM, en attendant la transmission du Gala des Trophées Francophones du Cinéma au Cameroun.  Un film québécois nous fait réfléchir avec sa réplique de la section En souvenir.

01_cinemania_2017
CINÉMANIA

Cinémania, le festival du film francophone avec des sous-titres en anglais accueillent les cinéphiles du 2 au 12 novembre 2017.

Entre le film d'ouverture, la comédie Le sens de la fête, réunissant Éric Toledano et Olivier Nakache auxquels nous devions Intouchables, et le film de clôture Au revoir là^haut du réalisateur, scénariste et comédien Albert Dupontel, seront projetés des Premières dont Nous sommes les autres de Jean-François Asselin.

RIDM

02_RIDM_2017 1Du 9 au 19 novembre 2017 se déroulent les 20e Rencontres Internationales du Documentaire de Montréal.

Rétrospective de l'œuvre singapourienne de Tan Pin Pin, projection du dernier documentaire  de Michael Glawogger, Untitled, que sa monteuse, Monica Willi a terminé après le décès du documentariste, le 50e film de Alanis Obomsawin Our People will be healed, Mrs Fang de Wang Bing s'ajoutent à la programmation du film Ex Libris The New York Public Library de Frederick Wiseman.

Ces films seront encadrés par 24 Davids, l'essai de Céline Baril en ouverture et Nothingwood de Sonia Kronlund en clôture.

Le  déroulement de l'événement inclut la tenue du Marché professionnel du 11 au 15 novembre 2017.

EN PRÉPARATION

03_trophees-francophones-cinemaDu 4au 16 décembre 2017se déroulera la 5 e édition des Trophées Francophones du Cinéma. Après le Sénégal, la France, la Côte d'ivoire et le Liban, c'est au Cameroun que les célébrations auront lieu.

25 pays de la Francophonie feront rayonner leur production cinématographique à travers des projections en salle, en plein air et des leçons de cinéma.

Le 16 décembre 10 Trophées seront remis lors d'un gala dont le Trophée d'Honneur à une personnalité du cinéma camerounais.

EN SOUVENIRS (LA RÉPLIQUE DU MOIS)

Ah! Que j'ai estomaqué des gens en écrivant le syntagme : « l'invention du pénis » dans mon poème L'absente en mars 2017   (voir http://norja.net/poesies/html/l-absente .html).

La reproduction des cellules se faisait par la parthénogénèse : scission de la cellule -mère en deux, donc reproduction de la même. Tout comme la planète Terre avait inventé l'oxygène pour enclencher des réactions favorisant la Vie, la cellule inventa le pénis, donc l'union de deux cellules, chacune étant spécifique, l'union des différences, amène la création de ce qui est autre.

Résumé : de la scission, la reproduction de la même, à l'union, pour la création de l'autre.

Le langage aussi fut inventé. Il peut exprimer et induire : la personne exprime ce qu'elle ressent grâce à la parole mais aussi elle est influencée par le mot.

Parler c'est se référer à un modèle de comparaison, parler de spécificités, c'est reconnaître le caractère unique. Chaque feuille d'arbre est unique, chaque flocon de neige est unique, chaque être de l'humanité est unique.

L'union des spécificités engendre donc une nouvelle spécificité, ce qui favorise la diversité.

04_crazy_en_souvenirDans le film C.R.A.Z.Y. (Jean-Marc Vallée, 2005) la mère, Laurianne (interprétée par Danielle Proulx) et le père, Gervais (joué par Michel Côté) sont les parents de 5 enfants. 

Comme la famille du film C.R.A.Z.Y. celle de Nicolas Boileau (1636-1711) était nombreuse, et même très nombreuse, il était le 15e enfant. En 1674, dans L'art poétique, Boileau écrivait : « Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément »

La conviction de Laurianne dans le film C.R.A.Z.Y. s'accorde avec la citation de Boileau; sa formulation vient non seulement aisément mais surtout rapidement. En effet, les propos de Laurianne et Gervais concernent souvent leur progéniture et plus particulièrement Zachary (rôle qui propulsa Marc-André Grondin). Mais, soudain, en pleine discussion, la mère coupe court aux comparaisons entre les enfants, exprime l'appréciation, la réalité de la spécificité, en déclarant une phrase de beauté spontanée : « Y'en n'a pas un de pareil ».