Vous cherchez une auto familiale, une idée de décoration, de rénovation. un voyage vacance, un bijou, une banque, un produit naturel écologique, une vitamine santé, un restaurant, un vétérinaire.

Autres textes

 

Chronique cinéma
mars 2010

 par Lucie Poirier, journaliste-analyste

En ce mois de mars où le 8 est consacré à la reconnaissance des droits des femmes pour mieux rappeler que les fillettes et les femmes constituent la majorité des pauvres, des analphabètes, des personnes affectées par des problèmes de santé incurables, des victimes d'homicides personnels, des cibles de crimes collectifs de genre, certains des films à l'affiche sensibilisent le public à la nécessité d'intervenir pour établir des conditions de vie égalitaires. Aussi, parmi les nouveautés, Léa Pool et Michael Haneke nous offrent leur plus récente réalisation.

EN ENTREVUE

Lors des Rendez-vous du Cinéma Québécois, les RVCQ, Léa Pool présentait en soirée d'ouverture La dernière fugue. Une famille est confrontée aux divergences de ses membres quand Anatole, le père, souffre de Parkinson. Léa Pool cadre serré : gros plans incessants des visages, très gros plans ponctuels d'objets, insistance des émotions retenues, fréquence des détails significatifs, regards de douleur, pas lents d'Anatole, pas rapides des ambulanciers. L'histoire, qui se déroule de Noël à l'été, est infiltrée d'images aux couleurs surannées qui font le relais avec l'enfance de la progéniture d'Anatole et la jeunesse de son épouse. Relativement à sa gourmandise et à sa diète, entre lui faire plaisir et le sauver, entre l'aider à mourir et le tuer, qui a raison?

J'ai demandé à Léa Pool comment ce film s'inscrit dans son parcours de cinéaste jalonné par La femme de l'hôtel (1984), le documentaire Gabrielle Roy (1997) et Emporte-moi (1998) qui révéla Karine Vanasse. « La dernière fugue c'est un mélange de cheminement personnel et de hasard. On me l'a proposé. J'ai lu le roman de Gil Courtemanche. C'était aussi un super défi de travail pour me prouver quelque chose. Cela correspondait à mon désir de faire un film plus social. » Sur les difficultés particulièrement vécues par les femmes cinéastes, elle considère : « Moi je suis bénie. J'ai une carrière égale à celle d'un homme cinéaste. Mais quand je regarde autour de moi les films de femmes ne sont pas bien représentés. Pas dans les RVCQ mais, par exemple, quand on fait la liste des 10 meilleurs films de l'année ou quand on fait une sélection pour des prix, des événements, il y a moins de films de femmes. »

 

 

 

 

Je me suis aussi entretenue avec Mélissa Beaudet, réalisatrice et Alexander Bain, producteur, responsables du court-métrage Les poings serrés. Ce film a été tourné avec la caméra numérique RED One 4K. Ainsi que me l'expliquait Alexander : « elle a un coût abordable et avec une lentille on obtient une texture comme le 35mm. Le HD fait 1,000 lignes de définition dans l'image et la RED avec ses 4K fait une qualité supérieure de 4 ,000 lignes. Pour la post-production ça permet une latitude dans les contrastes, couleurs et profondeurs de champs. Elle a une fragilité à la température. Il faut connaître ses paramètres. » Et Mélissa d'ajouter : « Le documentaire Les poings serrés est mon premier film réalisé dans un cadre professionnel. Tobie Marier Robitaille était un directeur photo extraordinaire. Au début, cette nouvelle caméra effrayait bien du monde mais aujourd'hui, à force de travailler avec, je crois qu'on la démystifie et qu'on l'apprécie de plus en plus. Faut dire qu'elle a été améliorée aussi depuis son entrée sur le marché.» Elle l'a donc utilisée pour filmer le Club de Boxe L'espoir dans le contexte d'un programme sportif gratuit pour les jeunes.

BANDES ANNONCES

FILMS TRAITÉS
en analyse :

  • La dernière fugue Léa Pool 2010
  • Les poings serrés Mélissa Beaudet 2009
  • La domination masculine Patric Jean 2009
  • Das Weisse Band Le ruban blanc Michael Haneke 2009
  • The Last Station Michael Hoffmann 2009
  • Helen Sandra Nettelbeck 2009
  • L'enfer d'Henri-Georges Clouzot Ruxandra Medrea et Serge Bromberg 2009

FILMS RÉFÉRÉS
au cours de l'analyse
 :

  • Lumières silencieuses Carlos Reygadas 2007
  • Caché Michael Hanseke 2005
  • Tom and Viv Brian Gilbert 1994
  • Les enfants du siècle Diane Kurys 1999
  • L'histoire d'Adèle H François Truffaut 1975
  • Camille Claudel Bruno Nuytten 1988
  • Séraphine Martin Provost 2008
  • Quai des orfèvres Henri-Georges Clouzot 1947
  • La prisonnière Henri-Georges Clouzot 1968
  • L'enfer Claude Chabrol 1994
  • Un cœur en hiver Claude Sautet 1991
  • Nelly et Monsieur Arnaud Claude Sautet 1995
  • La mort en direct Bertrand Tavernier 1979
  • Ludwig LuchinoVisconti 1973
  • Les choses de la vie Claude Sautet 1970
  • César et Rosalie Claude Sautet, 1972
  • Clair de Femme Costa-Gavras 1979
EN ANALYSE

Alors que des féministes sont accusées d'être castratrices, des hommes demandent la coupure de la membrane fibreuse de leur pénis pour l'allonger. Une telle chirurgie ouvre le documentaire La domination masculine du belge Patric Jean. Des menaces, qui auraient émergé de groupes masculinistes québécois, avaient empêché le réalisateur d'être présent lorsque son film fut programmé au RIDM. Le documentaire, maintenant projeté au Québec, montre des participantes à un speed-dating qui se rallient aux stéréotypes traditionnels de la femme ainsi que des gros plans particulièrement éloquents de talons hauts déstabilisant les femmes et de bottes, chaussures, souliers de sports, permettant une assise solide aux hommes. Patric Jean affirme que la révolution menée par les féministes pour une justice sociale reste inachevée. Les femmes travaillent 2 heures de plus que les hommes chaque jour et vivent plus de chômage malgré un niveau d'éducation plus élevé. On est loin des buts. Après des combats gagnants concernant l'avortement, les congés parentaux, les garderies, un ressac inflige des manifestations de misogynie profonde; ainsi qu'après la Révolution Française, la montée du mouvement des Afro-américains, les revendications des Autochtones, les gains des syndicats, des reproches fusent selon lesquels le féminisme serait allé trop loin et réclamant le retour au rapport politique inégalitaire.

Avec une caméra directe, lente et précise, Patric Jean cadre les traces de violence sur le corps des femmes battues qui relatent leur endurance. L'une d'elles rappelle que son mari l'a attaquée à coups de hache et que la police a laissé l'homme repartir avec les clés du foyer. Au Québec, l'école nationale de Police tente de sensibiliser ses élèves au fait que 30% des crimes sont reliés à la violence conjugale. Le réalisateur évoque la tuerie de la Polytechnique, 1er crime collectif nommé comme le prix à payer pour être féministes. Il a aussi infiltré des groupes anti-féministes et filmé des membres avec leurs déclarations telles que : «Il faut permettre à l'homme d'adapter l'environnement et dire aux femmes de s'adapter». (Depuis les débuts de la Terre, l'homme est la seule espèce à détruire son environnement.) Patric Jean a réalisé une mosaïque honnête dans laquelle féministes et masculinistes ont eu un droit de parole. Après 6 ans de documentation sérieuse, il clame : «le changement doit venir des femmes». Dans une salle au silence absolu, après un générique sans musique, personne ne ressort du film indemne ou disculpé(e).

Avec pertinence, l'australien Michael Haneke a choisi le noir et blanc pour son film Das Weisse Band Le ruban blanc; au-delà du manichéisme, il décline des tons de gris dans une variété de personnages et de situations. Haneke maintient une tension angoissante et refuse tout dénouement explicatif. Dans l'Allemagne du Nord, avant la 2e guerre, une communauté rigoriste réunit la famille d'un baron, celle d'un pasteur et celles des paysans. Des crimes violents et mystérieux sont perpétrés, ils ne seront jamais élucidés mais, le cinéaste, à travers l'instituteur narrant un épisode de sa jeunesse, laisse planer la possibilité que des enfants ont torturé d'autres enfants, allumé un incendie, blessé le cruel docteur, après avoir été eux-mêmes maltraités par leur entourage. Haneke, entre sensibilité et méchanceté, module le spectre humain. Deux cinéastes ont basé leur histoire sur un groupe de religion protestante. En effet, dans Lumière Silencieuse (2007), Carlos Reygadas a mis en scène une famille mennonite au Mexique, descendant d'immigrants, parlant Plautdietsch, un dialecte germanique, néerlandais et flamand et commençant sa journée par la prière . Reygadas nous faisait ressentir la magnificence d'exister à travers la beauté des êtres et des choses alors que Haneke nous fait craindre le déclenchement des dangers cachés, latents ou refoulés et suscite le questionnement : le sadisme est-il un des corollaires d'une blessure? Car la particularité récurrente du cinéaste (rappelons qu'avec Caché (2005) il ne résolvait pas l'énigme) est de maintenir le questionnement au -delà de la finale du film. Entre Martin attaché la nuit pour qu'il ne se masturbe pas, Klara qui tue l'oiseau de son père et Erna la fillette qui veut protéger le petit Karli, le fils qui donne son oiseau pour consoler son père, avec la sage-femme qui entend son amant lui reprocher d'être encore vivante et la baronne fidèle à son mari indifférent, Haneke dépeint la vaste pluralité du comportement humain; il manœuvre parmi l'inquiétude et la persécution et nous laisse sidérés.

Dans The Last Station, par une scène emblématique, Michael Hoffman établit le paradoxe relationnel qui a caractérisé un couple réputé : Sofya (Helen Mirren) rejoint son mari dans le lit en l'appelant «Darling» alors qu'il simule un ronflement de plus en plus exagéré. Sofya, la femme sacrifiée de l'écrivain Leo Tolstoy (Christopher Plummer), a recopié à la main 6 fois Guerre et Paix. Chaque jour l'écrivain discutait avec elle de la suite du roman. Elle a eu 13 enfants de lui. Le scénariste et réalisateur a mis en évidence qu'elle a été une des 1e victimes des paparazzi : des journalistes et des cinéastes étaient en permanence devant le domicile de l'écrivain, même le médecin qui le soignait notait les conversations de Sofya et Leo. En 1910, le grand homme, appelé un saint, choisit de déshériter son épouse et ses enfants au profit d'un regroupement de fidèles à sa pensée. Hoffman a montré les tourments et les tentatives de cette femme sans cesse humiliée; au contraire de sa fille Sasha, elle n'acquiesce pas à l'injustice et ses réactions colériques ont été davantage relatées que les causes de sa frustration. Elle a été dépossédée de la sécurité financière qu'elle méritait pour son œuvre humaine (sa famille nombreuse) et son œuvre littéraire (son assistanat à la création tolstoïenne). Une scène particulièrement éloquente représente son impuissance et son délaissement : entendant que son mari se laisse convaincre de changer son testament pour la dépouiller, elle traverse par le balcon, surgit par la fenêtre, trébuche, s'effondre, la scène garderait un caractère vaudevillesque si Sofya suppliante ne restait sans aide au sol devant tous les hommes qui la jugent. Dévouée malgré tout, elle lui déclare : «Tu es l'œuvre de ma vie, je suis ton œuvre, c'est l'amour». La musique de Sergey Yevtushenko d'abord légère devient grave pour accompagner le drame qui aboutit à Astapovo où, Tolstoy, malade, est alité dans une gare de campagne pour rendre l'âme quand sa femme lui murmure : «Tu ne parles pas mais je t'entends».

Basé sur le roman de Jay Parini, The Last Station remet en mémoire Tom and Viv (Brian Gilbert, 1994) dans lequel Vivienne Haigh-Wood, épouse du poète Thomas Eliot favorise la gloire de son mari. L'équivalent de la scène de la supplique de Sofia est celle de Vivienne interrogée par un aliéniste; elle avait aidé Thomas dans une situation semblable et est abandonnée par lui. Elle finira ses jours dans un asile sans qu'il ne se soucie d'elle. Vivienne utilisait sa fortune pour faire vivre Thomas et lui permettre de se vouer à son art. Elle l'a introduit auprès du Bloomsbury Group. Aussi, elle s'occupait de sa poésie : de ces fastidieux entretiens avec les imprimeurs, de ces ingrates révisions du texte, de tout ce qui élevait le grand homme car rien n'était publié sans qu'elle se soit astreinte à la parution. Hélène Cixous a appelé une telle personne «la bonne de l'écrivain», celle qui assume l'aspect pragmatique et participe dans l'ombre à l'écriture et à sa transmission.

Il est dommage que The Last Station s'empêtre dans un louvoiement tragi-comique; la direction de ton aurait gagné à être plus exacte pour parvenir à un drame poignant, pour tracer un portrait digne de celui de George Sand dans Les enfants du siècle (Diane Kurys, 1999). Le réalisateur a-t-il cédé aux impératifs des producteurs? De nombreuses influences traversent un film; d'ailleurs, Meryl Streep et Anthony Hopkins avaient été pressentis pour les rôles principaux. Malgré un résultat divergeant, Hoffman a su recréer plus qu'une époque, a su relater plus que des faits, il a démontré le dérapage d'une idéologie, dénoncé les tractations liés à une vindicte, réhabilité une femme que la postérité a injustement dénigrée et tracé le portrait d'une créatrice (elle a tenu un imposant journal) privée de reconnaissance.

D'autres films ont été dédiés à de grandes créatrices méconnues : L'histoire d'Adèle H (François Truffaut, 1975) compositrice et diariste dont le père Victor Hugo ne voulait pas que l'attention soit attirée sur elle, Camille Claudel (Bruno Nuytten, 1988) sculpteure qui a collaboré à des œuvres de Rodin, Séraphine (Martin Provost, 2008) peintre qui travaillait le jour comme servante et peignait la nuit avec des mixtures de son invention. Elles ont toutes fini leur vie dans un asile. Cette triste réalité a été résumée par Louky Bersianik «Si une femme a du génie, on dit qu'elle est folle. Si un homme est fou, on dit qu'il a du génie.»

C'est aussi de folie dont on parle, à tort, lorsqu'il s'agit de dépression. Deux fois plus de femmes que d'hommes souffrent de dépressions et la cause de cet écart est inconnue. Helen , scénarisé et réalisé par Sandra Nettelbeck, est aussi didactique qu'artistique. Il montre la descente aux enfers qu'infligent les affres de la dépression à Helen (Ashley Judd), une professeure de musique, et à Mathilda (Lauren Lee Smith), une violoncelliste. La santé mentale peut être favorisée mais elle n'est pas décidée. La dépression a un facteur biologique, on ne choisit pas d'en être affecté. Elle correspond de plus en plus à une épidémie. La cinéaste a consacré 10 ans à ce film « by the year 2020 depression will cost more years of healthy lives than war, AIDS and cancer put together ».

Cet ennemi intérieur qui amène une douleur d'être est décrit par Nettelbeck avec exactitude et délicatesse. Helen n'est pas malheureuse, elle est malade. Comme il y a le silence entre les notes, « it is the distance between things ». La scénariste-réalisatrice sait provoquer une identification du public avec David, le mari d'Helen, qui redoute l'imprévisibilité de sa femme et qui admet la difficulté « to live with the shadow of the woman you love ». Mathilda se suicide et Helen survit à sa propre tentative. Quand elle dit à David : « I'll never be the same » , il lui répond : « Maybe but you'll always be the one ».

Une situation infernale a aussi caractérisé le tournage d'un film qualifié de maudit et intitulé justement L'enfer. En 1964, le projet d'Henri-Georges Clouzot est devenu une suite d'expérimentations et d'exagérations interrompues par la maladie et la défection de membres des équipes artistique et technique. Clouzot voulait filmer Marcel, un mari de 42 ans incarné par Serge Reggiani, qui, avec imagination, se convainc qu'Odette, sa femme de 26 ans, interprétée par Romy Schneider, lui est infidèle. À nouveau, Clouzot transposait sa peur du lesbianisme de sa femme; il avait déjà exprimée cette possibilité dans Quai des orfèvres (1947) à travers les personnages de Maurice et son épouse Jenny interprétée par Suzy Delair qui était alors la compagne du réalisateur. Clouzot filmait ses essais de lumière issue des déplacements de projecteurs, des reflets de paillettes, des chatoiements d'huile d'olive sur la peau. Il utilisait la couleur pour le fantasme, le rouge à lèvres devenait bleu, la lumière était colorée et dessinait des formes semblables aux tableaux de Vasarely. Clouzot contrôle compulsivement et excessivement, s'absorbe et est absorbé par l'objet de son contrôle, à la fois la femme et le film; à la relation supplée la sujétion suivie de l'a-relation (du préfixe «a»  un privatif qui signifie sans, absence) il n'y a plus de développement dans l'altérité. Romy avait eu le courage de participer aux essais de représentations de fantasmes violents jusqu'à 70 prises, Reggiani part pour l'hôpital et Clouzot fait un infarctus. Après 3 semaines, impasse, le tournage est arrêté.

Il reste à l'institut Jean-Vigo, un dépôt de scénario de 173 pages annoté par l'assistant-décorateur, les dessins préparatoires de la Bibliothèque du Film et, surtout, 185 bobines, 16 heures sans aucun son et 1 bobine d'essais sonores, des scènes de Romy sensuellement imaginative avec un jouet Slinky, des plans rapprochés de son visage de face et de profil. Ces images sont particulièrement datées par l'influence de la mode psychédélique. De ce délire devenu dérive, Ruxandra Medrea et Serge Bromberg ont fait un documentaire de 1h34m. intitulé L'enfer d'Henri-Georges Clouzot Ils ont invité Jacques Gamblin et Bérénice Béjo à lire des scènes, des fragments de dialogues originaux.

Élisabeth Wienner sera Josée en 1968 dans La prisonnière et deviendra à son tour la victime des fantasmes cruels de Clouzot qui choisit Stanislas, le pervers impuissant, pour alter-ego, et qui s'intéresse aux lignes parallèles des dessins de Gilbert fasciné par les fils électriques et des bandages qui recouvrent l'héroïne à la fin d'un film où se succèdent encore les essais formels de couleurs, de formes et de lumière pour représenter une époque de recherches à la fois sexuelles et artistiques. Pour sa part, Emmanuelle Béart a succédé à Romy Schneider, qu'elle admirait, auprès de 2 réalisateurs : avec elle Claude Chabrol a repris le sujet de L'enfer (1994) et Claude Sautet l'a fait jouer dans Un cœur en hiver (1991) ainsi que dans Nelly et Monsieur Arnaud (1995).

EN SOUVENIR

Romy Schneider avait aussi fait preuve d'endurance lorsqu'elle tourna La mort en direct (Tavernier, 1979) et qu'elle plongea dans l'eau glacée pendant un tournage de nuit. Fille de comédiens, elle devient vite célèbre en jouant une version édulcorée et trompeuse de l'amère et malheureuse vie de l'Impératrice Élisabeth d'Autriche, dite Sisi; pour en finir avec ce personnage, elle l'incarna pour une ultime fois dans Ludwig (Visconti, 1973). Avec l'acteur Alain Delon, elle vécut une histoire d'amour qui se résumerait par le syntagme «Ni avec toi ni sans toi». Des années après son tragique décès, lors d'un sondage pour désigner le couple mythique des Français, leur couple était encore nommé. Elle était extraordinaire de talent et de beauté. Elle avait tourné 5 films avec Claude Sautet en commençant avec le magnifique Les choses de la vie (1970) dans lequel elle chante merveilleusement La chanson d'Hélène. Elle considérait le réalisateur comme le meilleur ami d'une femme. Yves Montand fut son partenaire dans César et Rosalie (Sautet, 1972) et dans Clair de Femme (Costa-Gavras, 1979). Dans ce film, basé sur un roman homonyme de Romain Gary, Michel rencontre Lydia à qui il déclare : «Un mouvement de hanches, un vol de chevelure, quelques rides que nous aurons écrites ensemble, et je saurai d'où je suis. J'aurai toujours patrie féminine. Vous êtes là, il y a clair de femme. D'autres hommes sont peut-être capables de vivre ailleurs, mais pas moi.»