Vous cherchez une auto familiale, une idée de décoration, de rénovation. un voyage vacance, un bijou, une banque, un produit naturel écologique, une vitamine santé, un restaurant, un vétérinaire.

Autres textes


 

Contacts mystiques

 

  par Céline Jacques 

Un contact mystique peut être vécu par le commun des mortels simplement sous la forme d'un rêve. Le rêveur ne doute pas de l'aspect mystique de son expérience du fait qu'elle lui transmet, même longtemps à la suite du réveil, une intensité émotionnelle incomparable. La description qui en est faite est d'avoir vécu une sorte d'extase si sublime pour le rêveur que l'expérience ne peut avoir été que céleste et non purement imaginative.

Quiconque a un jour la chance de vivre un tel phénomène en reste profondément imprégné à tout jamais. Certes, ils ne seront pas légion à choisir d'en partager l'expérience avec les autres craignant sans doute de passer pour fous ou encore d'être trop rapidement présumées victimes d'hallucinations.

Pour les scientifiques, faire la nuance entre l'illusion et l'aspect véridique n'est même pas une problématique à résoudre puisque l'absence de réalité apparente, à défaut d'être concrètement démontrée ou prouvée, en atteste par conséquent le manque d'authenticité.

Pourtant certains, dont le professeur Jean Lhermitte, ont osé prendre la peine de fouiller plus avant le sujet. Voici le résultat des recherches qu'il partage avec nous.

Un certain nombre de mystiques, et nous pensons d'abord à Thérèse d'Avila, ont été témoins d'auditions, c'est-à-dire de paroles et de visions dont ils ne pouvaient croire qu'ils en fussent les créateurs.

En quoi ces phénomènes mystiques se différencieraient-ils d'avec un simple phénomène hallucinatoire? Eh bien, selon le professeur Lhermitte au départ, ces phénomènes, qu'ils soient authentiques ou illusoires, se produisent initialement de façon similaire si on considère qu'ils sont imprévisibles, soudains, vivaces, riches et dépouillés de toute extériorité. Ainsi, le sujet entend et voit, non dans son sommeil mais totalement éveillé, par l'ouie ou la vue dites intérieures; et ce qu'il perçoit ne pourra jamais le persuader le moins du monde qu'il puisse en être l'auteur tant il est absolument convaincu que ces visions ou auditions sont nécessairement l'œuvre d'un autre que lui-même.

Le mystique pour sa part ne prendra pas ces contacts à la légère et même n'en acceptera l'interprétation céleste qu'après avoir longtemps lutté et douté que ces phénomènes étranges puissent être sa propre œuvre inconsciemment réalisée. Ce n'est donc qu'au bout de multiples questionnements et de recherches qu'il admet finalement la certitude de leur authenticité.

Mais du fait qu'un sujet possède la conviction profonde, disons même la certitude, que les paroles qu'il entend dans l'intime de son esprit ne sont pas prononcées devrait-il suffire à conclure qu'elles ne se trouvent pas inconsciemment son œuvre dissimulée?

Voici la réponse que le mystique saint Jean de la Croix nous a offerte en réponse:
« Quand un esprit rentre en lui-même et s'applique à la contemplation de quelque vérité en s'y absorbant, il parle de lui-même avec soi-même et il se répond COMME SI un homme s'entretenait avec un AUTRE homme. »
En d'autres mots, les paroles ou les visions se produisent toujours lorsque l'esprit se trouve plongé dans quelque considération.

De ce fait, il semble naturel au sujet de ne pas considérer être l'auteur des paroles puisque, d'une part, ce qu'il entend intérieurement se trouve à l'interrompe dans le cours d'une activité différente, et ce, précisément au moment où il reçoit le message. D'autre part, parce que le message qui lui vient tient souvent lieu d'enseignement d'un savoir qui lui était nécessairement étranger avant de le recevoir.

Pour le mystique comme pour la personne dotée de clairaudience, le message qu'il entend ne peut donc venir que d'une source autre que la sienne qui forme ces raisonnements dans son intérieur en lui transmettant un savoir qui lui était auparavant inconnu.

Et saint Jean de la Croix de poursuivre : « L'esprit a bien raison, en vérité, de le penser ainsi, car il raisonne avec lui-même et se répond comme s'il se trouvait avec une autre personne. Bien que ce soit le même esprit qui agit comme instrument. L'Esprit Saint, l'aide souvent à produire et à former ces pensées, ces paroles et ces raisonnements pleins de vérité. »

Pour ne laisser place à aucun doute, le grand mystique insiste : « L'âme qui est là ne pourra jamais se persuader que ces mots et ces paroles ne lui viennent pas d'une tierce personnes car elle ne sait pas avec quelle facilité l'entendement peut de lui-même former des paroles sur les pensées et les vérités qui lui sont communiquées par une tierce personne! »

Toutefois, saint Jean de la Croix n'exclut pas une mise en garde. « Ce n'est pas en s'appuyant sur les extases, et encore moins sur les visions, les locutions, les sentiments imposés, qu'il convient automatiquement d'apprécier l'authenticité mystique. Celle-ci est d'un ordre infiniment plus élevé. Ainsi, pour arriver à cette union de Dieu si parfaite, l'âme doit veiller à ne s'attacher en rien à ces visions imaginaires, formes représentations ou connaissances particulières, car elles ne peuvent lui servir de moyen proportionné et prochain pour atteindre un tel but; elles y seraient plutôt un obstacle… Voilà pourquoi l'âme doit s'en détacher et s'appliquer à fuir... Ainsi, plus l'âme s'applique à demeurer dans la nuit et le néant par rapport à toutes les choses extérieures et intérieures qui peuvent lui être communiquées, plus elle avance dans la foi et, par conséquent, dans l'espérance et la charité. »

Sainte Thérèse de Jésus, dans son Château de l'âme, nous donne ses propres critères : « Étant donné que les visions et les locutions peuvent être l'œuvre du démon ou de la maladie, il convient de s'en défier. Aussi, je dis que dans les débuts, le mieux est de les combattre sans cesse… Les marques les plus certaines pour reconnaître que les paroles viennent de Dieu sont les suivantes :
« La première, la plus sûre, consiste dans l'autorité et l'emprise qu'elles apportent : elles sont paroles et œuvres tout à la fois;
La seconde marque consiste DANS LA PAIX PROFONDE DONT L'ÂME EST INNONDÉE;
La troisième tient de ce qu'elles ne s'effaceraient pas longtemps de la mémoire; quelques-unes de ces paroles ne s'oublient jamais. Celles de Dieu impriment la certitude la plus profonde. »

En comparaison, les paroles que l'on entend, qui ne sont que le produit de l'imaginaire, ne sont en rien semblables aux marques précédemment nommées. Elles ne confèrent en rien ni la certitude, ni la paix, ni la joie intérieure. De plus, elles ne sont JAMAIS aussi claires ni aussi distinctes et ressemblent davantage à un demi-rêve.

En conclusion, les deux mystiques sont du même avis sur un point particulie, celui permettant de bien démarquer l'expérience authentiquement mystique des hallucinations pathologiques en considérant les EFFETS SUR LA CONDUITE DU SUJET précisément lorsqu'il s'agit d'expériences mystiques authentiques. Les effets se trouvant précisément exprimés et validés dans les termes suivants : La véritable expérience mystique donne à l'individu de la vigueur, du courage, de la charité et de l'amour, et son comportement en devient par conséquent davantage VERTUEUX. Après tout, il est toujours plus facile de reconnaître la qualité de l'arbre à ses fruits. De même, l'authenticité d'un message mystique se reconnaît à l'application vertueuse qui en découlera par la suite.
 

Le livre de 304 pages
« Comment Reconnaître et Créer
Vos Coïncidences Magiques »
épanouira votre vie à son maximum
plusieurs centaines de témoignages le prouvent
Mme Céline Jacques   (450) 592-2668
pour voir les sites de nos collaborateurs