Accueil Magazine Accueil, Magazine Aubry & Cie

Recherche sur le WEB,  Cartes Google

Vous cherchez une auto familiale, une idée de décoration, de rénovation. un voyage vacance, un bijou, une banque, un produit naturel écologique, une vitamine santé, un restaurant, un vétérinaire.

Autres textes


 

La chance et vous ou les enjeux de la chance

 

  par Céline Jacques

Qu'est-ce au juste que la chance ? Serait-elle une sorte de cadeau du ciel, de bonne fortune, de surprise inattendue, de faveur exaucée en réponse à nos prières, d'opportunités providentielles inespérées, de signes du destin qui favorisent nos aspirations ?

Voilà bien un mot qu'on utilise à toutes les sauces et parfois même bien plus souvent qu'il n'y paraît. Il s'agit surtout d'une piste de réflexion intéressante puisqu'au fond, tout le monde la souhaite dans sa vie. Certains oseraient même prétendre que la chance est intimement liée à la possibilité d'être heureux.

On entend souvent dire que l'on fait sa propre chance, mais dans ce cas, comment se démarque la chance qui sourit à celui qui persévère de celle qui s'offre à celui qui la reçoit comme par la magie de circonstances fortuites appelées heureuses coïncidences ?

Peut-on provoquer la chance ? Certes, si l'on ne prend jamais de billets de loterie, si l'on ne tente pas certains essais, si l'on ne provoque pas certaines rencontres, il resterait peu de chance que celle-ci puisse directement frapper à notre porte.

Mais la chance est-elle autre chose que le fruit du hasard ? Peut-elle être favorisée par une attitude intérieure qui puisse magnétiquement l'attirer à nous ? Et même lorsqu'on la possède serait-elle essentiellement éphémère ou pouvons-nous la cultiver comme on cherche à le faire pour le bonheur ?

Les questions sont maintenant lancées, il ne nous reste plus qu'à explorer les réponses les plus appropriées.

Initialement, l'origine du mot chance remonte au XIIIe siècle où l'on citait être une bonne chéance = pour l'échéance du destin en comparaison de mal chéance = pour mauvais destin. Une autre expression qui nous est davantage restée était « ça tombe bien (ou mal), ça tombe pile en regard d'un événement heureux.

Nos ancêtres attribuaient un lien de hasard ou d'incertitude imprévisible à la chance. Le premier grand monarque cité sur cet aspect fut Jules César qui affirma : Alea j'acta  ce qui signifiait les dés sont jetés ou le sort en est jeté.

Jusqu'au XVIe siècle, plusieurs expressions furent empruntées pour parler de la chance, telles que : être bien verni = en référence aux tableaux vernis qui avaient plus de chance d'être vendus.

Avoir de la veine = en référence à la découverte d'une veine d'or ou filon d'or ou d'argent pouvant être exploité.

Plus près de nous, l'expression L'ÉQUITÉ signifie l'égalité des chances pour tous.  

Comment réagit une personne lorsqu'on lui demande si elle se considère comme une personne chanceuse ? Celle-ci réagit suivant si elle considère sa réussite actuelle comme relevant uniquement du mérite de ses efforts personnels ou encore si ce succès fut favorisé par un facteur extérieur non prémédité lui ayant été particulièrement bénéfique.

Pourtant, l'un et l'autre sont souvent intimement liés. En principe, la chance ne peut sourire qu'à ceux qui, au départ, ont pensé, créé, travaillé, imaginé, visualisé un objectif particulier afin de lui donner vie. La chance devient alors une sorte de coïncidence de parcours, de synchronicité qui tient lieu de rendez-vous heureux avec le destin, permettant de contribuer de façon concrète à son aboutissement parfait.

Mais si les efforts sont nécessaires, pourquoi dans ce cas la chance n'apparaît-elle pas forcément à tous ceux qui s'y emploient dans la même mesure ?

C'est ici qu'interviennent deux éléments variables qui influencent soit le concours, soit l'absence de chance.

La première est une question D'ATTITUDE appelée aussi capacité d'entretenir des pensées positives. Ces pensées ou attitudes sont guidées par des émotions harmonieuses qui se prédisposent à ne recevoir que de bons événements tout en minimisant l'importance des obstacles de parcours. Il peut s'agir en quelque sorte de notre capacité de s'éloigner du rôle de victime. L'aptitude à être heureux ou à être chanceux se trouve ici similaire.

La deuxième est une question de TIMING. C'est-à-dire qu'il existe, qu'on le veuille ou non, des périodes plus favorables que d'autres influencées par des voix extérieures telles que des cycles astrologiques ou numérologiques. C'est précisément en ce sens qu'il existe une sorte d'influence hasardeuse capable d'influencer de façon bénéfique ou contraire sur l'issue de nos attentes.

Ainsi, le fait de mieux connaître les bons timings serait en quelque sorte un outil facilitant le choix des moments les plus appropriés pour attirer la chance de son côté.

Mais qu'en est-il alors des porte-bonheur de tout acabit ? Possèdent-ils réellement un certain pouvoir ? Qu'il s'agisse d'amulette amoureuse, de patte de lapin, de fer à cheval, de trèfle à quatre feuilles, de pièce de monnaie lancée dans une fontaine pour faire un vœu, etc., etc., il en existe tellement. Leur pouvoir est-il réel ?

La sagesse spirituelle s'entend pour dire que si pouvoir il y a, c'est qu'il vient en principe de celui que l'individu lui accorde. Le simple fait de lui transférer une signification chanceuse agirait comme une sorte de catalyseur qui contribuerait à attirer ce à quoi on se prépare.  

Nous venons de pénétrer dans l'âtre des superstitions. Voilà que le mot est lâché. Qui dit superstition, dit en principe basé sur l'imaginaire, donc non fondé sur le réel, non issu de cause à effet entre le désir et sa réalisation. Bref, tout aspect étant non mesurable, non quantifiable et surtout non renouvelable pourtant si cher à science.

Ainsi pourrait-on classer la chance en trois catégories distinctes :

Elle pourrait être circonstancielle = en ce sens qu'elle peut apparaître selon certaines coïncidences accidentelles favorables.

Elle pourrait être cultivée = en ce sens qu'elle devient le fruit d'une intention menée à son aboutissement.

Elle pourrait parfois être constitutionnelle = en ce sens d'avoir la chance d'être né sous la bonne fortune d'une famille riche.

Une étude aussi amusante que révélatrice fut menée par un psychologue dans son pays. Voici le compte rendu des résultats de l'étude qui fut transmise aux étudiants universitaires qui finalisaient leur maîtrise en Polytechnique.

VOICI LE SUJET :

Pourquoi certaines personnes ont beaucoup de chance alors que d'autres n'obtiennent jamais ses faveurs ? Un psychologue affirme en avoir découvert les principes de base.

«Dix ans plus tôt, j'ai examiné la chance. Je voulais savoir pourquoi certains étaient toujours à la bonne place au bon moment alors que les autres n'expérimentaient que de la mauvaise fortune.

J'ai placé des publicités dans les journaux nationaux demandant aux gens se considérant  particulièrement chanceux ou non de me contacter. Des centaines d'hommes et de femmes extraordinaires se sont portés volontaires pour ma recherche et, au cours des années, je les ai interviewés, j'ai enregistré leur vie et les ai placés dans des situations expérimentales.

Les résultats ont révélé que, malgré le fait que ces personnes n'aient presque pas d'influence sur les causes de leur chance, leurs pensées et comportements étaient responsables pour la grande partie de leur chance ou malchance.

Prenez le cas d'opportunités chanceuses apparentes. Les gens chanceux rencontrent constamment ce genre d'opportunité alors que les malchanceux non.

J'ai fait une expérience simple afin de découvrir si chaque groupe chanceux ou malchanceux détectait différemment de telles opportunités.

J'ai donné un journal à chacun des deux groupes. Les participants de chaque groupe devaient découvrir combien il y avait de photographies à l'intérieur.

J'avais gardé secret un indice important sous la forme d'un gros message placé au beau milieu du journal. Ce message spécifiait : « Dites à l'expérimentateur que vous avez vu ceci, et gagnez 250 livres sterling. » Le message prenait la moitié de la page et ses caractères étaient composés de lettres d'au moins deux pouces de haut.  Il était directement à la vue des participants. Pourtant, la majorité des personnes dites malchanceuses ont eu tendance à passer outre ce message alors que les chanceuses l'ont immédiatement détecté.

Les personnes malchanceuses sont généralement plus tendues que les personnes chanceuses, et cette anxiété brise leur habileté à remarquer l'inattendu. Pour résultat, elles manquent les opportunités parce qu'elles sont trop concentrées sur un objectif précis. Par exemple, lorsqu'elles vont à une fête, elles auront tendance à se concentrer uniquement sur le désir de rencontrer le ou la partenaire idéal. De ce fait, elles manquent souvent l'opportunité de se faire plusieurs nouveaux amis.  Lorsqu'elles recherchent un emploi dans les journaux, elles sont déterminées à trouver un certain type d'emploi et en négligent d'autres qui auraient également pu être très prometteurs.

Les gens chanceux sont plus détendus et ouverts d'esprit, et, par le fait même, auront tendance à voir davantage de choses que l'objet de leur recherche.  Les études réalisées ont finalement révélé que les gens chanceux génèrent la bonne fortune en observant quatre principes de base :

1- Ils ont l'habileté à créer et à remarquer les opportunités chanceuses.

2- Ils savent prendre des décisions inspirées de leur intuition qui s'avèrent être chanceuses. 3- Ils se motivent à créer des accomplissements conformes à leurs attentes positives.

4- Ils considèrent des refus comme étant simplement des étapes de parcours sans leur accorder plus d'importance, ce qui transforme toute apparence de malchance en une future issue plus chanceuse.

Vers la fin de cette enquête, je me suis interrogé à savoir si ces principes pouvaient être utilisés afin d'optimiser le facteur chance. J'ai donc demandé à un groupe de volontaires de réaliser des exercices conçus pour les aider à penser et à agir davantage comme une personne chanceuse.

Les résultats furent spectaculaires ! Ces exercices les ont aidés à mieux cibler les opportunités de chance, à écouter davantage leur intuition, à s'attendre à être plus souvent  chanceux en général et, finalement, à être beaucoup plus détachés des petites malchances de parcours.

Un mois plus tard, les volontaires des deux groupes sont revenus et ont décrit ce qui s'était passé dans leur vie. Les résultats étaient stupéfiants : 80 % d'entre eux étaient maintenant plus heureux, plus satisfaits de leur vie, mais surtout avaient acquis la conviction d'être plus chanceux qu'ils ne l'avaient jamais été auparavant.

J'avais finalement découvert la source véritable du FACTEUR CHANCEUX ».

Les quatre principes éprouvés du Professor Wiseman pour devenir chanceux sont les suivants :

Écoutez vos intuitions, elles sont normalement justes;

Soyez ouverts à de nouvelles expériences et acceptez de briser votre routine quotidienne;

Passez quelques moments chaque jour pour vous rappeler avec gratitude les belles choses qui vous arrivent (en minimisant l'importance du contraire);

Visualisez-vous en train d'être chanceux avant une rencontre ou un appel téléphonique important.

Essayez ces principes et voyez votre facteur chance augmenter autant que votre bonheur à l'accueillir.

Existe-t-il des outils propices pouvant justement favoriser ces quatre principes?

Capables de développer votre intuition

Capables de vous aider à reconnaître les signes significatifs précurseurs de coïncidences magiques

Capables de vous aider à programmer ou à visualiser l'atteinte de vos objectifs

La chance est très souvent une prophétie qui s'accomplit par l'individu.

Autre énoncé des plus pertinents :

LA CHANCE EST CE QUI SOURIT À LA PERSONNE AYANT TOUT MIS EN ŒUVRE POUR VIVRE LE RÉSULTAT SOUHAITÉ.

Pour terminer, il serait judicieux de porter attention à l'utilisation du vocabulaire que nous utilisons. La chance devrait par définition se rapporter uniquement à des événements bons ou heureux et non à l'inverse. Les gens confondent trop souvent, par erreur, l'utilisation du mot chance alors que celui qui conviendrait est le mot risque. La chance est heureuse alors que le risque est dangereux, faites bon usage des mots appropriés sans les confondre.

BONNE CHANCE À TOUS

 

Le livre de 304 pages
« Comment Reconnaître et Créer
Vos Coïncidences Magiques »
épanouira votre vie à son maximum
plusieurs centaines de témoignages le prouvent
Mme Céline Jacques   (450) 592-2668
pour voir les sites de nos collaborateurs

  

FaceBook FACEBOOK
Jacqueline et Alexandre
Abonnement par courriel Inscrivez-vous pour
recevoir par courriel,
des renseignements
sur les événements
et les nouveautés.
VIDEO
 Horoscope video par signe 
 Toutes nos capsules video 
Capsules video
ASTROLOGIE
 Commander une carte du ciel 
 Consultation Express 
 Consultation téléphonique 
 Où lire et entendre 
 Jacqueline et Alexandre 
 Astro Courrier 
 Alexandre et Jacqueline en 
 consultation (514) 640-8648
SERVICES
 Contribution volontaire 
 Boutique norja.net 
 FORUM 
 Info PUB 
PROFESSIONNELS
 Dépannage informatique 
 Service comptable 

 

 

 

 

   © Copyright  Norja Systems Inc