Vous cherchez une auto familiale, une idée de décoration, de rénovation. un voyage vacance, un bijou, une banque, un produit naturel écologique, une vitamine santé, un restaurant, un vétérinaire.

Autres textes

 

Le beau rêve

  par André Labrosse 

Le galop d'un étalon fier de sa race parcourt le monde distribuant de ses sabots la vie merveilleuse d'une joie qui s'effrite avec le temps.  De mes pas légers, j'accours à la semence de ses grains pour qu'enfin je connaisse le bonheur tellement désiré.  Mes mains prennent la vie!  Je regarde autour de moi et j'aperçois la méfiance de la race humaine qui me foudroie en me lançant des pierres d'injures.  Mon corps plissé et fourbu par les attaques répétées, je prie une force étrange qui saurait satisfaire mon esprit délabré par le froid des vitres gelées dont la température en est le grand témoin.

Soudain, je reçois la belle image qui s'entoure d'un nuage blanc: c'est le majestueux étalon qui s'apprête à fléchir mon corps au service de ma personne.  Le maître, je suis cela! La tête haute dans la grandeur, j'embarque sur sa monture.  D'un élan vertigineux, il m'emmène sur le chemin de nulle part.  Le néant traverse de sombres cavernes.  Aucun silence, aucun bruit: je vole sans être un ange céleste.  Je marche sur les eaux sans être Dieu dans la Bible.  Je me cherche parmi ce tumulte qui fait foi de mon désir de connaître.

Un épais velours transperce le théâtre du sommeil.  Que vois-je?  Un ciel bleu, une terre avec ses roches, des chaumières avec des humains.  Que c'est dur d'arriver dans un monde où l'on n'est point admis!  Je voudrais m'arracher la vie laquelle ne serait plus chimère.  Tristesse dans mes yeux, une faiblesse se dessine...  Pourquoi le cadran mortel a-t-il éveillé la planète maudite?  Je suis si bien dans l'ombre du destin, si bien dans le sommeil du long parloir.  Fasse que mon lit puisse imaginer une autre fois l'écran de l'insouciance!  Je n'ai point la vie, je n'ai point la mort car je ne reconnais personne.  Je suis un perdu dans l'immensité de la chair.   Je divague sans trop savoir celui qui m'accueillera vers des bienfaits naturels.

Prenez mon corps et mon âme: je n'ai que cela à vous offrir, force inestimable!  Mais je vous en prie, rendez-moi mon beau rêve...