Vous cherchez une auto familiale, une idée de décoration, de rénovation. un voyage vacance, un bijou, une banque, un produit naturel écologique, une vitamine santé, un restaurant, un vétérinaire.

Autres textes

 


Fleurs de verre

Lise Brault  

Dans une caverne sombre et humide, des fleurs de verre coulées dans le roc sont figées sur leur tige pour l'éternité et attendent la délivrance.  Il fait froid et mon coeur frissonne.  La lumière solaire, si lointaine, se fait plutôt faible ici sur Uranus.  Et le Verseau, où le destin a choisi de camper mes rêves vénusiens, fait fi du Capricorne ce soir et me fait fabuler.

 De temps à autre, je mets le nez dehors lorsque je vois passer mon voisin dans la nuit : monsieur Saturne.  Lentement et sans bruit, comme une comète, il me frôle de ses beaux anneaux glacés, insensible, clinique, imperturbable.  Je lui envoie la main, mais à quoi bon.....

 Je retourne à l'intérieur de ma caverne, m'accroupis sur le sol rocheux, m'encercle les jambes à deux bras pour me réchauffer et me berce sur mon séant, la tête sur les genoux.  Et je me remémore cette nuit fantasque où, entre le direct et le rétrograde, l'astre majestueux s'était arrêté, là, tout près.  Je l'avais su à la lueur inhabituelle qui avait alors inondé l'orée de la caverne.  Les fleurs de verres s'étaient soudain agitées sur leur tige, mises à frémir et à rire comme des écolières.

 Dans mon euphorie, j'étais sortie en courant et avais aperçu Saturne dans toute sa splendeur : comme un joyau immense, son globe et ses anneaux s'étendaient d'un bout à l'autre de l'horizon. Et dans la luminosité, tout, absolument tout était d'un bleu incandescent : les montagnes, les vallées rocheuses, mes vêtements, mes bras, mes mains.  Voulant me rapprocher de la source, je m'étais mise à courir sur le roc qui m'écorchait les pieds.  J'avais gravi la plus haute montagne et m'étais hissée jusqu'au plus haut sommet.  Et lui ouvrant tout grand les bras, je m'étais mise à crier dans la nuit :

 — Attend!  Ne pars pas!  Laisse-moi t'aimer!

 Un vent terrible fouettait mon coeur, soulevait ma robe et entremêlait mes cheveux.  Je n'avais plus ni âge, ni raison et j'avais appelé, j'avais hurlé à fendre l'âme :

   — Tu es moi!  Je suis toi!  Et qu'est-ce que ça peut bien faire!  Ne comprends-tu pas qu'on peut s'aimer quand-même!

 Et comme si ces paroles avaient eu quelque effet magique, je crus, pendant un court instant, voir les beaux anneaux se resserrer autour de moi.  Mais lorsque je compris que la sphère déclinait sous l'horizon, je m'écroulai sur mon rocher, moribonde.

*   *   *   *   *

 Quiconque a déjà recherché pareille complicité saturnienne aurait sans doute mille histoires semblables à vous raconter.