Vous cherchez une auto familiale, une idée de décoration, de rénovation. un voyage vacance, un bijou, une banque, un produit naturel écologique, une vitamine santé, un restaurant, un vétérinaire.

Autres textes

 

Libre Chapitre 10
Rupture de la première chaîne

par Josée Papineau  

Considérant en avoir assez fait pour enjoliver son appartement et qu'au boulot, elle ait réintégré son poste comme si elle s'en était jamais absenté, la mission était accomplie.

Les enfants semblaient constamment occupés, ce qui lui confirma qu'enfin, ils avaient leur vie sociale bien à eux. White fut comblée de les voir sourire ainsi et même leurs petites disputes d'amis lui semblèrent rassurantes.

Lorsqu'ils avaient emménagé, il y avait tant à faire! Chaque objet qu'elle plaçait à sa nouvelle place lui rappelait, comme un petit son de cloche, qu'elle était enfin chez elle.

Ce doux bonheur la fit souvent sourire, surtout lorsqu'elle plaça ses livres dans la bibliothèque du salon. Jamais plus ils ne seraient cachés au fond d'une pièce isolée, comme des objets honteux.

Tant de livres qu'elle n'avait pas lus!

Elle se souvint qu'Anna lui avait dit, un jour, que l'on achète ni ne reçoit jamais un livre par hasard, qu'il y a toujours une raison. Même si on ne le lit pas tout de suite, un jour, il pourra nous être utile. Son amie avait raison car tous ces livres que son amie lui avait donnés, elle les avait relus et les avait ressentis autrement, comme si elle les lisait pour la première fois. Et ceux qui jadis furent laissés de côté, les trouvant trop compliqués, elle les avait dévorés d'un trait comme de petits trésors de découvertes.

Elle se demanda souvent ce qui était advenu de son amie Anna. Souvent, elle avait pensé à elle durant ces dernières années. Était-elle heureuse? Allait-elle la revoir un jour? Elle aurait tant souhaité pouvoir discuter avec elle de ses nouvelles perceptions qui lui semblaient bien différentes, aujourd'hui.

Comme le lui avait mentionné Jean, ce monsieur qui l'appelait affectueusement sa muse, le vécu y était pour beaucoup. Les expériences des dernières années avaient permis ces nouvelles compréhensions et ces nouveaux raisonnements.

Ces derniers mois, elle s'était découvert d'autres moyens de communiquer avec ses amis et aurait tant voulu pouvoir en discuter avec la bande, comme lorsqu'ils se rencontraient le samedi soir. Mais cela appartenait à un autre temps.

Pourquoi lui avait-il fallu tant d'années pour revenir à elle, juste à elle? Quelles étaient les leçons à tirer de son vécu?

D'où lui venaient ce sentiment de manque d'amour et sa peur du rejet?

 

Et, comme le lui avait fait prendre conscience Marc, pourquoi cette peur d'être seule, de ne pas plaire, de ne pas être assez bonne, assez belle, assez gentille? Pourquoi vouloir tant donner pour recevoir si peu?

Tant de question auxquelles elle se savait plus près des réponses que lors de sa relation avec Tom.

Cependant, elle n'en douta point, chaque réponse viendrait en son temps.

 

Mais avec joie, elle était consciente qu'une nouvelle compréhension avait doucement pris place ces derniers mois.

Dorénavant, le simple fait d'exister devrait suffire à justifier l'amour que l'on aurait pour elle.

Elle en avait la preuve! Des amis, contents de la revoir, contents de se retrouver avec elle et qui étaient prêts à faire des efforts pour elle, pour son bien-être à elle. Des amis ayant répondu de suite à son appel à l'aide. Des amis lui ayant ouvert les bras, juste parce qu'elle est ce qu'elle est.

Mais concernant les hommes… oui, elle avait pris la décision de ne plus jamais se contenter de la seconde place. De ne plus jamais faire d'acrobaties pour attirer l'attention. Elle continuerait à prodiguer affection et soin, bien entendu, puisque telle est sa nature, mais plus jamais elle ne tairait ses propres envies à elle. Mieux valait souffrir d'une petite déception du premier contact que d'en souffrir durant des années.

Elle ferait grève si le bisou ne venait pas et continuerait son chemin.

Et un jour, elle en trouverait un pour elle, juste pour elle.

Jamais plus elle ne monnayerait l'oubli de ses sentiments et de ses désirs à elle, pour en échange, ne recevoir qu'une affection conditionnelle. Jamais plus.

 

Cette fois-ci, elle prendrait son temps. Elle prendrait le temps de faire connaissance avec cette femme que tant de gens apprécient et qu'elle, n'a pas su voir durant ces trente-cinq dernières années.

Elle prendrait son temps et oui, elle apprendrait à cultiver la plus belle fleur de son univers à elle.

Une fleur du nom de White Flower.

Josée Papineau
Pour suggestions ou commentaires écrivez-moi au :
joseepapineau@videotron.ca