Vous cherchez une auto familiale, une idée de décoration, de rénovation. un voyage vacance, un bijou, une banque, un produit naturel écologique, une vitamine santé, un restaurant, un vétérinaire.

Autres textes

 

Notre jardin sous l'asphalte

  par Lucie Poirier 

« Les enfants vous savez,
Ça leur manque un jardin »
Bertrand Tavernier
L'horloger de Saint-Paul
Film de 1974

La ville éradique les amours et convainc, dans un style de conformité, de la nécessité des symboles vides qui infligent le drame des souvenirs dissipés désormais inaccessibles.

Des quartiers de l'enfance détruite je parle, avec souffrances, car l'assaillant de l'obsession capitaliste a grugé puis dévoré la relation magique faite de sentiments généreux d'où émanait l'entraide immédiate.

Brutalisant de ses rires triomphants, des âmes sensibles, éperdues de beauté, d'affection et d'excellence, le complice des promoteurs sadiques et des pouvoirs publiques cogne et ses mouvements rappellent les ordres qu'il donne hargneusement.

De leurs ecchymoses, les murs saignent et pleurent, accompagnant la défiguration, la destruction, la disparition du jardin de mots et d'espoirs sous l'asphalte du stationnement.

À la chanson du destin tragique, à la commissure du jour oblique, à la dérive du cœur polysémique, j'ajoute le souffle scintillant des pétales autrefois mouillés d'aube.

Chanté a cappella :
Notre bonheur allait cesser,
l'avions-nous vu se déployer,
nous sommes les restes humains
de ce massacre qui dure sans fin.

Pour la deuxième fois de ma vie, je constate que la cour gazonnée de l'endroit où j'habite va être transformée en stationnement. En 2008, après la destruction de la cour, le proprio s'était ensuite débarrassé de la mère que j'étais avec mon enfant. Aujourd'hui, encore, on tue l'espace vert mais cette fois c'est pour empirer la persécution de la vieille que je suis devenue et dont on veut le départ…(le grand départ?) En 1970, Joni Mitchell avait écrit : « They paved paradise and put up a parking lot". Les gens ne s'indignent pas, les choses ne s'améliorent pas; donc, s'aggrave la destruction des conditions de vie pour des personnes seules, des couples, des familles, dans la ville.